Sophie, Frédéric, Geoffrey, François… ont en commun d’être des autistes de haut niveau repérés par le dispositif Pass P’As (Passeport professionnel Asperger). En 2013, à son lancement, c’était une expérimentation qui réunissait douze hommes de 22 à 38 ans, diplômés (du CAP à bac + 5), et qui n’avaient jamais travaillé. Depuis, 72 personnes ont bénéficié du dispositif et 77 % d’entre elles travaillent encore aujourd’hui. L’Assurance maladie a reproduit Pass P’As à Nantes ; il devrait arriver en Île-de-France.

Lire la suite

Anne-Gaëlle Besse - La Voix du Nord - 07/05/2019